Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Actualités et billets d'humeur créative

art et économie 2, deuxième fausse évidence

Deuxième fausse évidence, au fait, qui finance qui ?

Logiquement, je dis bien logiquement, ce sont les actionnaires qui financent les entreprises.
Mais aujourd’hui…
trop souvent ce sont les entreprises qui financent les actionnaires. C’est un peu le monde à l’envers.

>>> et on assiste à une étonnante histoire,

rendement

C’est un peu délicat de s’avouer nos rêves de domination!
A chacun ses petits rackets, mais ça se soigne. Car parfois dans la vie, l’arroseur constate qu’il peut être aussi arrosé. Le contraire s’avérant tout aussi exact d’ailleurs!

Tiens j’y pense, Al Capone, totalement décomplexé, donnait la définition suivante du capitalisme : « le capitalisme est le racket légitime et organisé par la classe dominante« .
Un peu catégorique et radical, de toutes façons, élargissons le débat.

Il doit bien y avoir d’autres alternatives au rapport dominé-dominant…

condition-financière

« conditions financières »,v.egloff, acrylique sur toile de spi, 144x138cm,   http://v.egloff.free.fr
Réflexion artistique sur notre façon de financer l’économie réelle.
Gif animé: v.egloff

Cet article  art et économie 2 a été  inspiré par le « Manifeste d’économistes atterrés »

à suivre…

Et pour revenir à l’article art et économie 1

 

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Related posts