Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Actualités et billets d'humeur créative, Observation

Cause environnementale et Art

Usant de langage poétique, l’art avec ses moyens a depuis 1968 entrepris de dénoncer la pollution.


C’est à Venise qu’a eu lieu la rencontre pollution et art quand le Grand Canal a viré au vert fluo ! L’artiste argentin Nicolas Uriburule y a déversé un colorant non toxique, pour éveiller les consciences sur les problèmes environnementaux de sa ville. L’écologie commence alors tout doucement à s’infiltrer dans l’art contemporain.

En 2010, il y eu le  Nuage Vert du collectif HeHe : de nuit, les artistes éclairent en vert les fumées de l’incinérateur de déchets de Saint-Ouen pour sensibiliser les riverains à l’impact de leur consommation sur l’environnement. nuage-vert

Pendant la Nuit Blanche à Paris en 2016, aux Batignolles, une installation simulait la montée des eaux. Au Parc Monceau, les bourdonnements d’Erik Samakh évoquaient la disparition des abeilles. Sur le parvis de l’Hôtel de Ville, les 270 blocs de glace colorés de Zhenchen Liu ont fondu, alertant des dangers du réchauffement climatique.

Naturellement des installations ou des performances sont plus adaptées à cet art militant. Et certains n’hésitent pas à se revendiquer « artivistes ». J’approuve, voici un objectif pertinent pour l’art !

Pour en savoir plus sur ce sujet, aller voir cet article sur le boom de l’art écologique ou celui-ci sur l’utilité de l’art militant.

Aujourd’hui comme beaucoup de citoyens, je ne peux qu’être sensible à l’asphyxie des résidents de notre capitale (on parle même de la moitié de la France), étant donné la piètre qualité de l’air qu’ils respirent.

Pique et pique et colle tes microgrammes

Une concentration moyenne de particules prévue au-delà de 50 microgrammes par mètre cube sur 24 heures, mieux vaut éviter de papillonner.

dessin-night3

Aujourd’hui nul n’ignore que les plus fines d’entre elles (moins de 2,5 microns), pénètrent dans les ramifications les plus profondes des voies respiratoires et du sang.
Notons que ces dernières sont classées « cancérogènes certains » par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Le bonheur c’est la croissance, nous assène-t-on en incantation journalière. Peut-être mais pas n’importe laquelle et pas à n’importe quel prix…


UNE MODESTE CRÉATION NUMÉRIQUE POLLUTION ET ART DANS L’ATTENTE D’UN 
VENT MEILLEUR POUR TOUS !

Autre expérience, pendant la COP 21, des enfants avaient été de modestes « artivistes ». C’est par ici.

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer
Enregistrer

Enregistrer

Related posts