Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Petites et grandes inspirations

En ce jour dédié à la paix

Le 1er janvier est décrété jour de Paix, et en ce jour, j’ai envie de partager avec vous mon cadeau de Noël offert par mes filles chéries. Elles connaissent mon gout pour le vol, les oiseaux, les cieux, le fait de voir les choses en tachant de s’élever pour avoir une vue moins étriquée, une vraie vue d’ensemble. Ce fut un joli moment de paix au milieu d’une immense peinture pleine de la lumière si particulière d’une région qui n’a eu de cesse d’attirer les artistes en général et les peintres en particulier.

Ted Tunnicliffe notre ami était au commande de l’avion nommé Tango Novembre et moi je n’avais qu’à contempler.

Départ Avignon, descente le long du Lubéron avec vue sur les Alpilles, puis survol de l’aéroport de Marignane jusqu’à Cary le Rouet et plongée sur la belle bleue et les Calanques (hélas impossible à approcher de plus près à cause d’une réglementation aérienne stricte) avec en toile de fond Marseille avec ses îles minérales et brutes. A La Ciotat, remontée à travers l’arrière pays  chahuté marseillais direction Aix en Provence et son énigmatique montagne Sainte Victoire. Passage des monts du Lubéron avec vue sur le Fujiyama local, le Mont Ventoux, pour finir par embrasser toute la vallée du même nom où je demeure pour mon plus grand plaisir.

L’avion parfois traversait de petites turbulences, la brume avait un peu voilée le littoral et la vitre de l’avion n’était pas parfaitement transparente mais quand même quel panorama inspirant !
Et puis comment ne pas embarquer dans ce voyage celui qui a bercé ma jeunesse, celui dont l’immense créativité me rend admirative, celui qui nous a quitté pour poursuivre son Space Oddity, David Bowie. Et comment ne pas repenser en survolant l’endroit où s’est écrasé en mer Antoine de Saint-Exupéry, à la magnifique profession de foi à la fin de son roman « Pilotes de guerre ».(p149-163)

Là haut,  j’étais en paix et j’avais envie de repenser l’idée de Paix.

Cette paix qui ne peut en  aucun cas éclipser totalement la guerre mais qui pointe sérieusement son nez dès que tous les besoins fondamentaux de l’Homme sont pourvus. Cette Paix-là, parle bien sûr à notre dimension spirituelle mais elle nous parle aussi d’économie, de social, d’écologie… alors en 2017, œuvrons tous si possible pour une Paix qui redéfinie une planète vivable pour tous.

Alors, belle aventure 2017 à tous !

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer</span

Enregistrer

Related posts